Créativité aux temps du corona (extrait)

Créativité aux temps du corona

 

En se répandant, à l’ensemble de la planète, le covid 19 a semé sur son passage la mort, le chagrin, l’inquiétude, la sidération. Cette pandémie et les mesures prises à l’échelle nationale et internationale ont fait trembler les certitudes et les évidences. Elles ont rappelé à l’humanité ses limites, ses fragilités. Après deux ans, la maladie autant que les contraintes imposées restent au centre des conversations et chacun continue d’éprouver le besoin d’exprimer ses peurs, son incompréhension, son exaspération.

 

Dans des moments d’échange des personnes racontent comment elles traversent cette épreuve, comment elles organisent leur quotidien, maintiennent les liens avec leurs proches ou trouvent des moyens de se prémunir de la maladie et de ses contrecoups (isolement...). Elles rappellent aussi combien la pandémie les a forcé à trouver d’autres manières de faire les actes qui en temps normal vont de soi, à trouver d’autres façons de vivre, de se divertir, de sortir, de maintenir les liens sociaux… en dépit des confinements, des distanciations sociales, des couvre-feu, des obligations vaccinales. Elles disent combien cette maladie et son contexte les ont obligé à adapter, à innover, à créer pour que la vie se poursuive, pour ne pas se perdre, ou pour préparer l’après.

 

En fait, ce que l’on perçoit autant dans leurs propos que dans les actions, c’est ce que toute épreuve oblige à faire pour moins souffrir ou pour ne pas se perdre : s'adapter, trouver des stratégies. Cette situation a bien obligé chacun à imaginer des manières de vivre, de se protéger, se préserver ou se prémunir et c’est cela qui conduit à parler de créativité. C’est pour cela que sans nier la souffrance, la peur, sans positivité malsaine, on peut s’attarder sur la manière dont cette adaptabilité et cette créativité s’articulent. On peut aussi voir le rôle qu'elles jouent. Au fond, en se manifestant autant autour des pratiques sociales que des postures ou des liens sociaux, cette créativité ne permet-elle pas, dans un tel contexte, de continuer de tisser des liens pour faire société, d’apaiser, de donner du sens aux faits, et d'une certaine manière, de se protéger?

 

I Créativité et covid

Ce qui se déroule autour du covid 19 correspond bien à ce qui vient à l’esprit lorsqu’on parle de crise, à savoir une rupture très marquée, une situation nouvelle et perturbante. De manière générale, ces situations contraignent à chercher des solutions. À défaut ou en attendant, chacun tente de trouver des moyens de traverser ce moment par le biais de pratiques nouvelles, de postures, d'états d’esprit. C’est précisément ce que l’on observe dans ce contexte de la pandémie du covid 19.

 

Un contexte

Dès mars 2020, les dispositifs de confinement mis en place en mars qui ont signifié à l’échelle planétaire, l’arrêt de toute activité économique, sociale ou culturelle. Cela a eu pour effet d’exacerber des problématiques sanitaires, économiques déjà présentes autant que des inégalités sociales et les fragilités financières ou psychologiques. On a vu poindre la peur, les incertitudes et autres dépressions liées à la perte d’emploi, aux dépôts de bilan, aux confinements... Pour de nombreuses personnes, le quotidien est devenu synonyme d’absence de repères ou de perspective, de remise en question de projet de vie, de doutes sur ce qui semblait aller de soi.

 

Après mesures-barrière, confinements généralisés ou partiels mis en place, en premier lieu, par les autorités de nombreux pays afin de limiter la propagation du virus, il a été peu à peu question de tests, de vaccins, d’obligation vaccinale, de pass sanitaire. L’une des caractéristiques de cette période a été la grande versatilité des mesures et réponses. Au fil du temps, les mesures sanitaires, les discours officiels des politiques et des spécialistes se sont contredits, répété, infirmés sans apporter de réponses claires. Il a alors bien fallu toujours s’organiser rapidement, s’adapter, être réactif et une créatif.

 

Créativité

 Cette notion permet de mettre en évidence une dynamique forte et déterminante pour l’approche de cette épreuve particulière par sa brutalité, sa durée, son amplitude. Considérée dans sa dimension individuelle ou collective, la créativité fait toujours référence à ce que l’on invente pour s’adapter à des réalités nouvelles. Elle permet de souligner l’aptitude à trouver des manières de vivre, de faire face au quotidien et à la vie en société. Elle concerne toute pratique sociale, tout talent ou savoir-faire et s’applique autant aux sciences, qu’à la gastronomie ou aux pratiques vestimentaires. Elle est à fois le reflet d’une volonté de changer le monde, le résultat de la nécessité de s’adapter à un nouveau contexte de vie, la traduction d’une perception du monde autant que le reflet de la vie d’un groupe. Fruit d’une pulsion de vie traduisant la nécessité de se raccrocher à quelque chose dans un contexte d’incertitude, elle permet d’atténuer les traumatismes, de vivre les changements.

 

Ainsi, ce qui conduit à parler de créativité à propos des pratiques en lien avec le coronavirus peut prendre des formes très variées allant du changement complet, la création d’une activité, de réorientation, professionnelle, les solutions bricolées pour accompagner ou soulager des malades, des activités de loisir ou de survie.

 

Manifestations

Celles-ci peuvent être trouvées dans le milieu professionnel. On se souvient, notamment, des discours de bien des personnes sur la manière dont, en raison de leur perte d’emploi ou de clientèle, elles ont dû diversifier leur activité professionnelle, dans le domaine de la santé ou de la restauration et trouver d’autres modes d’organisation ou encore innover. Des commerçants qui ne l’avaient jamais envisagé au préalable, ont expliqué comment ils avaient dû s’organiser pour leurs livraisons. Ils ont souvent aussi expliqué combien ils ont dû trouver des manières nouvelles d’écouler des collections. D’autres personnes ont rapporté qu’afin de faire face aux difficultés financières, elles avaient dû entreprendre une activité complètement nouvelle. Certains se sont mis ou remis à la couture, au jardinage, à la lecture, à l’art, à inventer des recettes culinaires, à faire du commerce...

 

Les artistes ont pour leur part, montré que ce contexte était pour eux une source d’inspiration. Le confinement, la maladie et la gestion de celle-ci ont donné lieu à une profusion d’images, de musiques ou de vidéo qui ont beaucoup détendu, diverti ou fait réfléchir durant les périodes de confinement. Leurs créations laissent entrevoir des formes d’expression qui s’enrichissent au fur et à mesure qu’on les partage, que chacun y apporte son vécu, ses savoirs ou son imagination. Ces formes de créativité rendent le quotidien plus vivable, réconcilie avec soi-même et sont vraiment un outil pour la paix sociale...

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0