· 

Amélie ou la joie de vivre

Guadeloupe

 

Amélie? Un petit soleil sur terre! Pas seulement un rayon, non, un soleil entier! Elle nous apportait toujours dans nos instants les plus sombres un mot d’espoir ou un sourire. C’était Madame Joie-de-vivre-Générosité- Sourire! Elle semblait avoir largement passé le cap de ses quatre-vingt ans.

 

Les bribes de conversations saisies au vol m’avaient appris que la vie n’avait pas toujours été très tendre avec elle. Malgré tout, elle était tellement joyeuse. Elle savait encore se laisser surprendre par les petites choses du quotidien: s’étonner d’un arbre en fleurs, se réjouir d’une visite, d’un bon repas, de la naissance de chatons...

 

Amélie n’était pas de ceux qui donnent de grandes leçons sur les manières de se tenir ou d’agir. Elle semblait plutôt se délecter de chacun de ces instants que petits et grands passaient en sa compagnie. Elle les accueillait avec le sourire dans les yeux et une fois qu’elle les avait dévisagés, elle semblait être en mesure, immédiatement, de voir ce qui allait ou non. Elle avait tout son temps pour s’asseoir et parler, parce que le temps chez elle ce n’était pas un mystère: elle en avait pour elle et pour les autres.

 

Au fond, Amélie aimait deux choses par-dessus tout: parler et rire. Lorsque les deux se rencontraient, au détour d’une conversation d’adulte, là, c’était l’accord parfait! D’ailleurs, c’était souvent le cas.

 

Son rire coulait toujours comme une rivière. Il arrivait généralement dans un tout autre contexte que celui des confidences que pouvaient lui faire les autres. Il venait quand elle était en compagnie de sa commère. Ensemble, elles étaient friandes de ces conversations passionnées où l’on parle doucement, de peur que les murs n’entendent, et où l’on s’exprime par images, paraphrases et proverbes pour être sûr que même les oreilles les plus indiscrètes ne déchiffreraient rien aux informations recueillies par effraction.

 

Dans ces moments-là, assises côte à côte, l’une inclinée vers l’autre, comme pour éviter toute fuite, tout bas, toujours tout bas, elles chuchotaient jusqu’à l’explosion dans un éclat de rire qui n’en finissait pas. Elles riaient, riaient, renchérissaient et riaient encore, jusqu’aux larmes. Cela se terminait quand, épuisées, le rire s’éteignait peu à peu dans des soupirs de contentement. Telle était la loi de ces conversations.

 

De quoi parlaient-elles et de quoi pouvaient-elles bien rire? Avec le temps j’avais appris qu’elles riaient d’elles-mêmes, de leur vie, de leurs petits malheurs ou encore de ce qu’elles considéraient comme leurs bêtises.

 

Tout cela reflétait bien une approche de la vie dans laquelle il y avait toujours quelque chose à donner à offrir, un bon mot à dire. Ce n’était pas pour se mettre les gens dans la poche. C’était juste une sorte de bienveillance pour elles-mêmes comme pour les autres.

 

Photo: https://fr.freeimages.com/

Écrire commentaire

Commentaires: 0